Version imprimable

Lucerne, le 6 avril 2018 / Mise au point quant à la position de la FSFP concernant la loi sur les armes

 

La FSFP soutient la proposition du Conseil fédéral

FSFP – Le 5 avril 2018, les organisations favorables à la nouvelle loi sur les armes ont organisé une conférence de presse. Le secrétaire général de la FSFP, Max Hofmann, y a participé en tant que représentant de la Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police FSFP. La couverture médiatique donne l'impression que la FSFP réclame une version plus stricte du projet de loi du Conseil fédéral. Ce n'est pas vrai !

 

La FSFP réclame depuis de nombreuses années un registre national des armes. Nous l'avons rappelé aux médias comme nous l’avions déjà fait lors de diverses consultations. En plus de la protection de la population, il s'agit de protéger les policiers qui assurent la sécurité quotidienne. La FSFP considère que la proposition du Conseil fédéral concernant les directives de l'UE sur les armes est une bonne solution, réaliste et réalisable. La mise en œuvre du projet de loi du Conseil fédéral ne compromet pas l'accord Schengen-Dublin qui est très important pour la police et pour la sécurité.

 

Les policières et les policiers ont toujours plus de missions où il peut y avoir implication d’armes. Pour cette raison, la FSFP demande depuis des années la constitution d’un registre central complet et utilisable de toutes les armes à feu.

 
 

›››   forte

Avec ses plus de 26'000 membres la FSFP s'impose comme l'association professionnelle des policiers et policières suisses. Elle développe son action syndicale tant aux niveaux communal et cantonal que fédéral.

›››   humaine

La FSFP place au centre de ses préoccupations les hommes et les femmes du service public qui s'engagent au quotidien pour la sécurité des citoyens. En s'identifiant avec les droits démocratiques fondamentaux, elle milite pour une police à visage humain.

›››   sociale

La FSFP cultive la solidarité, en offrant notamment à ses membres une assurance juridique professionnelle et une institution de prévoyance.
 
 
 

 

 
 

La commission juridique veut mieux protéger les policiers

La FSFP s’est longuement battue. Une solution pour mieux protéger les policières et policiers semble maintenant à portée de main. Le 23 février, la commission des affaires juridiques du Conseil national a clairement appuyé trois initiatives décisives appelant à aggraver les peines en cas de violence contre les forces de police. >>>

 
 

 

 
 
 

La violence n'est pas un risque du métier !