92e AD de la Fédération Suisse Fonctionnaires de Police FSFP

Jeudi 26 et le vendredi 27 juin 2014 au Centre des congrès de Bâle

Lors de leur 92ème Assemblée des délégués, les délégués de la Fédération Suisse des Fonctionnaires de Police FSFP ont voté la résolution « le fédéralisme ne doit pas affaiblir la sécurité en Suisse ! ». La FSFP demande une formation policière unifiée pour tous les partenaires de la sécurité publique en Suisse, une unification des compétences au niveau des forces de police fédérales (de manière analogue au SECO), la diminution des doublons dus au fédéralisme, ainsi qu’une optimisation des coûts logistiques en matière de sécurité intérieure.

 

Ces mesures doivent contribuer à assurer la plus grande sécurité possible avec les effectifs de police à disposition. La FSFP maintient également son exigence d’obtenir plus de personnel, considérant qu’il manque au minimum 7'000 policiers au niveau suisse.

26.06.2014

La question «Le fédéralisme affaiblit-il la sécurité?» constituera le thème principal de notre prochaine assemblée des délégués. Elle nous donnera la possibilité de nous demander si l’approche fédéraliste est capable d’assurer la meilleure sécurité possible. Car les activités des groupes criminels ne connaissent plus de frontières et ne s’arrêtent à aucune limite cantonale ou autre. Les réflexions doivent s’éloigner d’une vision limitée à défendre son «pré carré» pour envisager la sécurité comme un domaine national ou même mondial, ce qui doit être possible même dans un système politique fédéraliste. Trop souvent, notre travail quotidien est rendu plus difficile par des manques de synergies et des actions réalisées à double qui bloquent inutilement des ressources en personnel, provoquent des surcoûts et favorisent en définitive la protection des malfaiteurs.

 

C’est la raison pour laquelle, le jeudi, les conclusions du Groupe de travail «Sécurité intérieure» seront présentées à l’assemblée, qui décidera d’une position commune. Son but consiste à montrer au monde politique une voie claire susceptible de conduire à une meilleure sécurité intérieure, du point de vue des personnes directement concernées.

Le vendredi, ce thème sera traité lors d’un podium de discussion réunissant des représentants éminents des domaines de la sécurité intérieure et de la politique.

 


08.00 heures

 

08.15 heures

 

09.45 heures

 

10.30 heures

 

 

 

12.00 heures 

 

12.15 heures

Allocution d’ouverture de M. Jean-Marc Widmer, président FSFP

 

Exposés

 

Pause

 

Podium de discussion avec les conférenciers sous la direction de Adrian Plachesi, Redaktor und Moderator von Telebasel, suivi des questions du public

 

Fin de l’Assemblée des délégués

 

Lunch

 


Nous sommes très heureux d’avoir pu réunir pour cela les experts suivants:

 

Ida Glanzmann

Conseillère nationale

 

«La collaboration au-delà des frontières cantonales entre les différents organes de la sécurité doit être intensifiée et les échanges de données doivent être améliorés. Le fédéralisme ne doit pas constituer une entrave à ces actions.»

 

André Duvillard

Délégué de la Confédération et des cantons au Réseau national de sécurité (RNS)

 

«Le fédéralisme, même s’il présente des inconvénients pour notre système de sécurité intérieure, ne doit pas être un frein à la mise en oeuvre de réponses adaptées aux menaces et risques actuels et futurs.»

 

Brigadier Beat Eberle

Commandant de la Sécurité militaire

 

«C’est la Confédération qui définit les compétences de la police militaire. Cette dernière travaille dans le cadre spécifique de l’armée. Elle a une collaboration quasi quotidienne et intensive avec les autres corps de police mais, à son niveau, son organisation fédérale a peu d’impact sur nous.»

 

Monica Bonfanti

Cheffe de la Police cantonale genevoise

 

«Le fédéralisme engage de manière complémentaire les multiples entités sécuritaires helvétiques. Toutefois, il est relativement complexe notamment lors de la phase préparatoire d’engagements d’envergure.»

 

Olivier Ribaux

Professeur à l'Institut de police scientifique et de criminologie, IPSC, Université de Lausanne

 

«Nous pensons parfois qu’il suffit de redéfinir les structures pour renforcer la sécurité. Or, les structures adéquates se construisent une fois le problème détecté et la méthode définie, pas avant.»

Nous espérons que notre plate-forme constituera un lieu d’échanges fructueux et nous vous souhaitons aujourd’hui déjà une captivante Assemblée des délégués.

Fédération Suisse Fonctionnaires de Police FSFP

Jean-Marc Widmer

Président FSFP

Max Hofmann

Secrétaire général FSFP

 


Sponsors principaux:

 


Sponsors:

 


Co-Sponsors: